23. mars, 2016

L’Europe, une volonté molle

Encore un attentat de plus. Des victimes, de la douleur physique et psychologique, des équipements détruits, de la désolation... Voici l'état de l'Europe, stupéfaite, et qui semble également résignée. S'abritant derrière des slogans, et des formules de type " la barbarie ne gagnera pas", les responsables politiques cachent mal leur embarras, et leur absence de stratégie claire pour faire face à ce nouvel état de fait : la guerre.

Ne confient-ils pas à la Turquie, les amis de Deach et notre ennemi, la gestion de leurs frontières à l'égard des migrants ? Mais que cherchent-ils ? Sont-ils devenus fous ?


En outre, par refus de compréhension du réel et de son traitement ferme et global, les dirigeants européens, placent leur réponse uniquement sur le plan technique (sécurité, militaire, juridique...), en abandonnant le terrain idéologique à leur agresseur. Voire, en le soutenant pour certains gouvernements. Ce qui est le cas en France, lorsqu’il institutionnalise le communautarisme au travail avec la Loi El khomri ; ou lorsqu’il annihile la résistance de la population qu'il est censé défendre, en culpabilisant sa culture, son histoire et son patrimoine, avec la Loi sur la réforme de l’orthographe de Najat Vallaud-Belkacem, ou avec la campagne gouvernementale contre la haine destinée seulement à une certaine partie de la population, par exemple.

Le gouvernement français expose aux yeux de tous les limites de la démocratie, que certains seraient tentés d’exploiter, et qu’il instrumentalise, avec l’utilisation démesurée de la démagogie et de la manipulation.

Dans ces conditions, il est aisé de voir les déséquilibres en présence. D'un côté, l'occident, avec une puissance technique et matérielle encore supérieure mais avec une volonté molle, voir compatissante à l’égard de ses agresseurs. De l'autre, un islam conquérant, avec des moyens plus rudimentaires (guérilla) mais avec une volonté déterminée.

Le peuple européen ressent actuellement cette terrible incapacité et cette incohérence chez leurs dirigeants européens, ce qui l’exaspère et le désole au plus haut point. Alors qu’il est persuadé qu’il dispose de toutes les ressources nécessaires pour retrouver son épanouissement enfoui et son rayonnement perdu, grâce à son héritage intemporel qu'il est devenu impératif d'affirmer simplement, naturellement et fermement.