2. juin, 2018

Cette droite qui est dans le monde mais qui sait s’en détacher

Le changement de nom du Front national en Rassemblement national, annoncé par Marine Le Pen est un non-évènement, même s’il entérine, à posteriori, l’alliance politique du 2nd tour de l’élection présidentielle 2017 avec Debout la France, et affiche une volonté de rassemblement à ou des droites, suppose-t-on !

Cependant, l’affichage restera insuffisant tant que ce parti n’aura pas montré sa capacité à débattre de tous les sujets avec des propositions sérieuses portées par des animateurs compétents, même si certaines de ses analyses, notamment à propos de l’immigration se montrent exactes.

Cette capacité est à puiser dans le renouvellement des cadres et des projets, qui doivent être en adéquation avec les enjeux actuels. La posture ne suffisant pas à masquer ce décalage et convaincre les électeurs, malgré un environnement porteur à ses thèmes de prédilections, dans cette France en souffrance.  

Cette opération marketing ne me convainc pas, parce que je ne crois pas que les héritiers du FN soient dans la recherche de cette pertinence.

C'est historiquement la droite qui porte cette vision de l’équilibre et la met en œuvre avec audace et justesse.

Cette droite qui est dans le monde, qui lui porte de l'intérêt, mais qui sait s’en détacher pour mieux l'élever et lui éviter de basculer dans un autre décalage, celui de la fuite en avant ou du progressisme inhumain.